You are here: Home » Non classé » Le site cfacile : rencontres entre patrons et apprentis

Le site cfacile : rencontres entre patrons et apprentis

Une fois leur diplôme en poche, plus de 70 % des élèves auront un emploi, une formation de qualité, avec un petit salaire et une entrée dans le monde du travail, dans plus d’un millier de métiers. La région parisienne dispose de 155 établissements et 80 000 élèves dans les centres de formation d’apprentis ou CFA. Ils sont encore boudés par la faute des étiquettes, et à la tradition qui met en valeur les études générales.

Les CFA franciliens ont fait des portes ouvertes jusqu’au 12 avril pour affirmer que leurs formations ne sont pas une voie de garage. Pour séduire les entrepreneurs, les jeunes et leurs familles, la région consacre 8 % de son budget à cette filière présente son nouvel outil.

Consultation en ligne des offres des artisans

Le président PS de la région, Jean-Paul Huchon aurait bien voulu qu’il soit le concepteur de cfacile. Il pense pouvoir compenser cela en se faisant le promoteur de l’arme de séduction d’une filière à laquelle la région a consacré 387 M€ l’an dernier, soit plus de 8 % de son budget de près de 500 Mds€.

Sur le site cfacile.iledefrance.fr, vous pourriez savoir toutes les formations, les places disponibles dans tous les CFA, les contrats d’apprentissages proposés, et rencontrer l’établissement et l’entreprise. Cette plate-forme est dédiée à tout le monde. Vous y trouverez les offres déposées par les patrons et les artisans désireux à recevoir des jeunes. Un élève peut y voir le top 5 des filières, trouver un contrat et calculer son salaire d’apprenti. Et pour finir, le site permet d’afficher les événements organisés dans tous les centres de France.

Hella Kribi-Romdhane, vice-présidente de la région chargée des formations professionnelles explique qu’avec ce site, tout le monde peut voir la volonté de la région de développer l’apprentissage avec plus de sécurité afin d’aider les jeunes à trouver un emploi après leur parcours. Il répond aux besoins des entreprises, ainsi qu’aux jeunes dans des secteurs identifiés comme étant à fort besoin.

Une campagne de promotion de l’apprentissage a démarré pour le lancement de cette plate-forme Internet, accompagnée par un sondage Viavoice effectuée pour la région, qui affiche que 72 % des Français ont une image positive de l’apprentissage, et que 87 % d’entre eux recommanderaient à un jeune d’y recourir. Cependant, cette filière se place toujours comme un second choix.

Aujourd’hui, moins de 5 % des jeunes Franciliens y sont concernés. Le nombre de contrats d’apprentissage a régressé de 2,7 % en 2014. Cette chute est moins importante qu’au niveau national, qui affiche une baisse de 4,5 %.

Laisser un commentaire