You are here: Home » Non classé » Lutte contre le chômage : l’aide à la formation

Lutte contre le chômage : l’aide à la formation

Dans le cadre de la lutte le chômage qui s’étend sur une longue durée, le gouvernement envisage de pencher pour une individualisation de l’aide à la formation en sachant que les dispositifs qui ont antérieurement mis en place n’ont pas porté leurs fruits…

Le taux de chômage toujours en hausse

Depuis l’année 2008, la part de chômeur de longue durée ne cesse d’augmenter et ce, d’une façon vraiment alarmante. Pour la fin de l’année 2015, les statistiques sont éloquents : sur un total de 5,2 millions de chômeurs du Pôle Emploi (sans emploi ou exerçant une activité réduite) en métropole, près de 2,25 millions sont au chômage depuis une longue durée. Ce qui correspond à 43 % de la totalité.

Aujourd’hui, il est patent que combattre le chômage dans sa globalité n’est plus suffisant pour faire évoluer les choses dans le bon sens. Il serait nécessaire de mettre en place des mesures pour lutter contre le chômage de longue durée. Et, au vu de la situation, il s’agit d’une véritable urgence.

Quelle solution ?

Jusqu’ici, différents plans ont été mis en œuvre par les gouvernements successifs afin d’endiguer le chômage. Malheureusement, les solutions proposées n’ont pas été concluantes. On retrouve notamment les formules de congé individuel de formation ou encore le droit individuel à la formation.

Face à cela, une nouvelle mesure a été établie : la CPF ou Compte Personnel de Formation. Une fois de plus, l’objectif est d’accompagner les chômeurs de façon individualisée dans leurs formations. Il faut pourtant souligner que ce type d’initiative a souvent été un échec. Il existe de nombreuses raisons à cela, notamment la rareté des places en formation. Les chômeurs intéressés sont obligés de patienter longtemps (plus d’une année) pour trouver une place. Cela veut dire que la personne en situation de chômage a eu le temps de devenir un chômeur de longue durée avant de pouvoir accéder à la formation. Et un cercle vicieux peut facilement s’installer. En s’occupant plus des chômeurs anciens, les « nouveaux » risque de devenir aussi des anciens et ainsi de suite.

Il faudrait donc trouver une alternative qui permettra de réduire significativement le temps de chômage et sortir de la spirale infernale.

Laisser un commentaire