You are here: Home » Non classé » Revaloriser l’apprentissage

Revaloriser l’apprentissage

Relancer l’apprentissage, c’est le défi que le gouvernement veut relever. Mais qu’en est-il des aides aux entreprises qui prennent des apprentis ?

Les conseils régionaux reconnaissent bien la valeur de l’apprentissage. Mais beaucoup constatent qu’on tue progressivement l’apprentissage. Certains élus souhaitent favoriser un investissement conséquent pour les entreprises qui embauchent des apprentis et qui privilégient les centres de formation.

 

Des conditions pour obtenir les aides

Selon PS, l’apprentissage rencontre beaucoup de difficultés. Dans l’hexagone, il y a que 3.5% d’entreprises qui recrutent des apprentis, alors que ce chiffre monte à 25% en Allemagne malgré qu’il n’y ait aucune aide fournie. Le parti stipule que le véritable problème se trouve au niveau de l’adéquation entre formations et besoins des employeurs. Pour sa part, Yvon Setze avance que l’emploi doit être réamorcé via l’apprentissage, mais si l’entreprise ne possède aucun marché, alors elle n’embauche pas.

Les aides publiques octroyées aux entreprises sont aussi en centre des discussions. Toutefois, les élus veulent imposer une ‘conditionnalité’ qui se baserait sur des critères environnementaux et sociaux. En outre, certains évoquent un resserrement qui prendrait la forme de ‘bonus/malus’ concernant les critères de l’emploi, la transition énergétique, les jeunes et l’investissement social. Et d’autres estiment qu’il faut établir un suivi des politiques publiques envers les entreprises.

Du côté du FN, on songe à maintenir l’activité économique sur place, à exiger un remboursement quand les entreprises délocalisent ou embauchent des salariés détachés. Le parti prétend également défendre l’aide destinée aux petites entreprises qui réalisent un investissement et qui recrutent.

Laisser un commentaire